Dernière Pleine Lune de l'année en Cancer: la gestation



2020 arrive à sa fin…quelle année hors du commun nous avons traversée ! Elle restera certainement pour toujours comme le début auquel personne n’ait pu échapper…le début de ce qui ne pouvait plus rester dans l’ombre, le début d’une perception du monde différente et inclusive…car partout nous avons été obligés de lui faire face, ainsi qu’à des parties de soi totalement refoulées…car pour accoucher d’un nouveau monde il nous faudra d’abord accoucher de nous-mêmes en restant avec ce qui est contraire ou qui doute en nous, et ce travail de délivrance vient tout juste de commencer.


La Pleine Lune en Cancer de ce mercredi nous ramène à ce lieu de gestation et d’enfantement que nous avons encore à imaginer. Pour certains d’entre nous, cette Lune pourra faire écho aux deux Nouvelles Lunes en Cancer de cette année (juin et juillet). On dirait qu’il nous fallait bien ça, deux Nouvelles Lunes en Cancer en cette année de fin et débuts pour mieux intérioriser la nécessité de se mettre au monde autrement.


Et maintenant, en cette fin d’année quelque chose cherche à éclore en plein milieu de l’hiver…très certainement l’espoir, la possibilité d’un autre regard sur le monde, la viabilité d’un nouveau port d’ancrage auquel nous pourrons accoster nos bateaux fatigués de tout ce qui a été fait et de tout ce qui reste encore à faire…à être !


Les aspects harmonieux de cette Lune à Uranus nous poussent dans une voie qui ne peut plus faire abstraction de l’incertitude comme port d’ancrage en ces temps perturbés. Nous appartenons à un monde cyclique où tout commence et se termine à l’infini, désirer la perfection illusoire d’un équilibre sans accroc est en réalité un anéantissement. Se perdre dans une absence d’imagination et sens l’es tout autant, nous dit Vénus au carré de Neptune au moment de cette Lune.

Cette blessure, reste bien présente en cette Pleine Lune en Cancer puisqu’elle invite chacun de nous, et selon son chemin personnel, à entrer en gestation imaginative ou pour d’autres à mettre au monde déjà une première forme, pour d’autres ce sont peut-être les fondations psychologiques qui réclament des prises de conscience, pour d’autres ce sont les fondations familiales ou le lien à un passé (proche ou lointain) qui blesse encore, mais en réveillant cette douleur une brèche s’ouvre dans un cœur protégé qui ne fait que chercher des réponses et qui de trop se préserver et rigidifier ne vit plus…n’imagine plus…ne rêve plus…


Se resensibiliser c’est aussi accepter d’avoir son cœur brisé pour que les morceaux puissent se rassembler afin d’être brisés de nouveau, il n’y a que dans ce retour éternel à l’expérience que nous pouvons ressentir combien le cœur brisé est le lien qui nous reconnecte à l’essentiel de la trajectoire de ce que veut dire - être en Vie. Mais il faut aussi une forme de consolation pour espérer abriter en soi le poids de la réalité pendant le voyage à travers la Vie.


En cette fin d’année qui aura été révélatrice des besoins de l’âme individuelle et collective, accueillons ce qui cherche à émerger des eaux cosmiques en faisant confiance à notre mère intérieure. Rien ne sert de courir ou de vouloir savoir si nous ne sommes pas encore capables de, rester avec et de, nous nourrir de tout ce qui pose question en nous et dans le monde.



« Ne cherchez pas pour l’instant des réponses, qui ne sauraient vous être données ; car vous ne seriez pas en mesure de les vivre. Or, il s’agit précisément de tout vivre. Vivez maintenant les questions. Peut-être en viendrez-vous à vivre peu à peu, sans vous en rendre compte, un jour lointain, l’entrée dans la réponse. » - Rainer Maria Rilke dans « Lettres à un jeune poète »



Bonne fin d’année et belle Pleine Lune.

À l’année prochaine.

Sofia

©2014/2020 - Sofia Barão - Tous droits réservés

  • Grey YouTube Icon
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Pinterest Icon
  • Grey Instagram Icon